nous suivre sur Facebook, twitter, instagram, vimeo et soundcloud

Qui nous sommes

contact

 

+ + + + + + + + + + + +

 

l'essentiel
mars 2021


Habiter un monde plus grand que ce que l'on voit. Et l'écouter.
S'entretenir avec ici. Tout ce qui se passe ici, là où nous sommes! Ne pas se suffir d'un premier coup d'oreilles et continuer – dénaturer notre tempo – espace saturé ou désaturé – ralentir l'écoute – se glisser dans les ondes. Etre dehors, dans le plein air, c'est l'unique solution en ce moment, sortir et "s'occuper de l'art" vivant et de notre avenir en faisant, en agissant ! On peut le faire par nous-mêmes, ensemble, et en contact avec l'inconnu, des inconnu·es!


nous sommes là tout près
nous pouvons nous parler
nous sommes mieux dehors que dedans
nous pouvons toucher la peau d'une main
nous prenons des risques mesurés tout les jours
nous n'attendrons pas les paroles officielles pour faire un petit pas de côté
nous faisons en sorte de ne pas avoir à demander d'autorisation
nous faisons en sorte d'œuvrer dans la discrétion
nous n'aimons pas les lois du chiffre
nous ne mesurerons pas l'impact de notre art sur le public
nous vivrons le public
nous ne compterons pas combien sont venus, s'ils étaient empêchés ou non
nous lions langues et gestes en direct, dehors
nous aimons les écrans mais ils ne nous rendront pas la vie s'ils restent seuls
nous aimons les gens qui ne viennent jamais au théâtre
nous ne sommes pas en solde
nous pouvons avoir des émotions dans les plis de la pandémie
nous sommes libres
nous exerçons nos pratiques par tout temps
nous pouvons faire semblant de faire autre chose, et même nous planquer
nous nous programmons nous même
nous sommes nos propres théâtres ou opérateurs
nous ne sommes pas dépendants
nous ne voulons pas présenter nos œuvres aux seuls professionnels
nous aimons être artistes, public, passants, citoyen·nes tout en même temps
nous aimons ne servir à rien
nous souhaitons la porosité au monde
nous savions que trop de festival tuerait le festival
nous faisons
nous cherchons en permanence des liens d'humanité entre nous
nous partageons
nous circulons dans les interstices des espaces habités
nous conversons
nous voulons faire évoluer nos créations, recherches, imaginaire
au rythme de nos vies réelles
nous ne voulons pas vivre en accéléré pour mieux nous vendre
nous demandons la confiance, depuis le temps…

nous aimons
.

Ces vendredi 26 et samedi 27 mars, à Marseille, nous avons encore partagé nos flâneries aveugles dans les sons d’un moment, d’un morceau de ville.
 
Fermer les yeux, écouter les perruches, les souffles et crépitements de gravier, les feuilles et les mots dispersés ici et là, écouter les effluves, respirer le soleil, humer les sonorités, distinguer le goût des corps, la peau de la main, un bout de ville va se livrer !
 
En tous petits comités, presque invisibles et loin des grandes foules,  masqués, hydrolés... au grand air. 
Nous reprendrons ces marches et autres expériences exploratoires ; pour être au courant et réserver, allez sur notre Facebook, les noms des balades vous renveront sur un site de réservation en ligne. Attention toutes petites jauges !!! C'est gratuit. 


> Si vous n'avez pas Facebook, envoyez nous un mail. 

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +

un journal d’Oisans
regards sur un territoire de montagne
[chantier en cours]

Pour clore – ou prolonger – trois saisons passées à arpenter l’Oisans, nous avons entamé un travail éditorial sur notre expérience. Publication prévue : mai 2021.

   


   


Un “journal” grand format imprimé sur rotatives et distribué sur tout le territoire d’Oisans. Le contenu de cette publication se composerait – principalement – de quelques “Écrits d’Agence” (textes tapés à la machine à écrire de 2018 à 2020, lors de conversations sur la voie publique) ; extraits de retranscriptions d’entretiens, des photographies et des dessins. Non pas un “journal de voyage”, ni même un documentaire sur l’Oisans ; plutôt un regard singulier à plusieurs facettes, une nouvelle expérience à partager. Une forme graphique exigeante au service d’un récit contemporain allant de la fable au reportage.
Nous diffuserons nous même cette publication, d’une part, à travers le réseau des bibliothèques et en la “colportant” nous-même au gré de la tournée du concert Flux Vox (été ou automne 2021), au collège des Six Vallées, sur les marchés, à l’ENS du marais de Vieille Morte, dans les salles polyvalentes, cafés, gîtes et à tous les points de rencontres où nous avons stationné au cours de ces trois années.


 
   

 


   

   

1er chantier éditorial au train Fantôme, Grenoble, janvier-février 2021

   


+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +

   


2021, la grande improvisation !

Parce qu’il n y aura pas de retour « à la normale », parce que moins que jamais nous ne pouvons
savoir de quoi sera fait demain, apprenons à marcher sur un sol mouvant et ré-évaluer les priorités !
(et surtout, bonne santé !)

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +

Éclats de culture

14 janvier 2021
Grenoble

En ces temps de morosité et de non-vie sociale, il faut savoir saisir les opportunités d’intervention artistique dans “l’espace public”, même modestes. C’est pourquoi nous avons participé à la manifestation Éclats de culture, produite par la Ville de Grenoble et mettant en scènes des petites formes dans l’espace public (clowns, crieurs de rue, musiciens, projection de films… et nous-mêmes) dans toute la ville le temps d’une journée.

Ici même ici, c'est bien toi, hein ? Ici même ici , bientôt ? Ici même ici ça se vit, ça se dit, ça se clame ? Ici même ici , ça va? Ici même ici, c'est extraordinaire? Ici même ici, on s'en "care"? Ici même ici, on se parle / Ici même ici c'est qui, c'est quoi ? Ici même ici (...) à suivre ?

   


   
   
   

   

   
   
Il est toujours possible de juste se poser autour d’une table et d’une machine à écrire dans la rue, à la rencontre des passants ; ce que nous avons fait sur un parcours ponctué d’images et de mots collectés dans le quartier les deux jours précédents.
Une circulation navette entre le train fantôme (23 avenue de Vizille) et l'entrée du collège Fantin Latour, rue Nicolas Chorrier, un arrêt de
bus, et l'entrée d'une supérette.
Machine à écrire/ conversation / affichage, mots et voix plurielles !! Une double-Station Ici-même, comprenant une émission de radio ultra locale depuis notre émetteur, dans le Train-Fantôme. Des messages sur répondeur diffusés au coin de la rue – des appels au responsable, à la directrice, au voisin, au conseiller, à l’épaviste…

BIENVENUE!

   

   
En continu de 16h à 20h (même sous la neige)

avec la participation de Fanny Hermant et Nina Moro, d’O.A.S.I.S. et de Samson Pignot


petit retour en images d’Éclats de culture sur le Dauphiné Libéré en ligne.

 

Ici-Même [Gr.] est soutenu par la Ville de Grenoble, Grenoble Alpes-Métropole, le département de l'Isère,
la Région et la DRAC AUvergne-Rhône-Alpes | la structure bénéficie de l'accompagnement de
Gaïa France Active.

les partenaires 2020 : l'UNIL (université de Lausanne), le collège des Six Vallées du Bourg-d'Oisans,
communauté de communes de l'Oisans, CAF de l'Isère, la Maison du territoire de l'Oisans, le SMTC Grenoble, Métropole Aix-Marseille-Provence.